Taux de conversion email : comment l'augmenter ?

Réseaux sociaux, ads, publicités, OOH, expérience en boutique, flyers ou petites attentions glissées dans les colis : il existe 1001 façons de communiquer à vos clients. Dans cet article, la team JUST se concentre sur les mails, et plus précisément sur leur taux de conversion. Quand on sait que 50% des gens achètent des trucs au moins une fois par mois (wow !) suite à un mail marketing, ça donne clairement envie de mettre toutes les chances de son côté… 

Cependant, communiquer, c’est beau, mais il ne faut pas oublier l’aspect performance et retombées ! Si vous avez déjà votre newsletter marketing tout prête, vous êtes-vous déjà penché sur son taux de conversion ? Affirmatif ou négatif, on vous explique ici comment l’augmenter.

Taux de conversion email : définition

Taux de conversion emailing : définition

La définition du taux de conversion email est assez simple : grosso modo, il s’agit du ratio de nombre de personnes ayant exécuté l’action souhaitée/le total à qui vous avez envoyé le mail. L’action en question peut être un clic, un téléchargement de document, un achat (c’est ça qui nous intéresse)... 

C’est un véritable must des KPI’s pour les marketers et c’est lui qui vous permet de véritablement mesurer l’impact de vos campagnes. 

Vous le trouvez bien bas ? Pas de panique ! Essayez de comprendre la source du problème : dans le cas de l’achat, think outside the box. Le faible taux de conversion peut ne pas être uniquement dépendant de vos emails marketing : ça peut-être au niveau du site que ça coince… Mauvaise UX, temps de chargement trop long ou checkout interminable… Essayez de comprendre où ça bloque. 

Taux d’ouverture email : un KPI à ne pas négliger

En règle générale, un faible taux de conversion email équivaut aussi à un taux d’ouverture non optimal. 

Ce dernier vous permet également de mesurer la performance de vos campagnes emailings et de comprendre ce qui pêche : un objet pas assez désirable/straight forward ? Un trop plein d’informations ? Un message qui ne convient pas à votre destinataire ? 

Évitez facilement toutes ces erreurs en suivant le guide ! 

1. Être mobile friendly pour booster son taux de conversion email

Newsletter mobile friendly

Quand on sait que 41% des mails sont lus sur mobile, on comprend assez bien l’importance d’être responsive.

Tout le monde a déjà expérimenté le mail tronqué, qui charge trop lentement, ou qui ne s’affiche pas sur mobile… Pénible, n’est-ce pas ? Faites donc d’une priorité la compatibilité de vos mails sur smartphones (et tablette). Mais comment fait-on, au juste  ?

Assez simple : si vous utilisez des logiciels tels que Klaviyo, MailChimp et bien d’autres, les templates fournis sont automatiquement mobile responsive. Rien à faire en particulier, si ce n’est ne pas trop charger votre modèle de photos, pour éviter un temps de chargement trop long. 

Si votre design de mail est fait à la mano, on garde en tête 4 règles d’or : 

- On écrit sur une simple colonne et pas dans plein de petits paragraphes éparpillés. Scroller, ce n’est pas un problème. Devoir zoomer pour lire sa newsletter, c’est plus frustrant. 

- On reste concis : tout le monde adore votre plume, mais évitez d’en faire des tartines ! Un smartphone n’est pas forcément adapté à la lecture de longs contenus. Tentez plutôt de rediriger vos lecteurs vers votre site avec des CTA (“Lire la suite de l’article”, “Découvrir le reste de la collection”...) . Toujours sur la longueur, il vaut mieux envoyer 4 newsletters par semaine qu’une interminable tous les 15 jours. Envoyez plus, envoyez mieux !

- On est stratégique dans son design : des couleurs qui pètent, du contraste, des polices bien grandes et lisibles. Et surtout, on teste avant d’envoyer.

- "À la mano" ou sur template, on évite de charger de photos, pour ne pas ralentir le temps de chargement. On est stratégique : on en choisit une ou deux, révélatrices et “choc”.

2. Un bon timing pour mieux convertir 

L’heure et le jour où vous enverrez vos mails seront déterminants pour votre taux de conversion. En effet, ce sont près de 22% des campagnes email qui sont ouvertes dans l’heure suivant l’envoi. D’où l’importance de ne pas se planter sur le timing… 

Si vous souhaitez communiquer à votre audience sur des promotions, cette dernière sera plus propice à consulter ses mails lors de la pause déjeuner, le matin avant le travail, ou en début de soirée, en y sortant. 

Quant aux jours, une étude menée par HubSpot révèle que 24.9% des marketers observent le plus d’engagement avec les campagnes envoyées le mardi. Suivi de près par le lundi (22.6%) et le mercredi (21.3%). 

Vous savez ce qu’il vous reste à faire… 

Les meilleures heures où envoyer un mail selon HubSpot
Les meilleures heures où envoyer un mail selon HubSpot

3. Soigner l’objet pour optimiser son taux d’ouverture 

C’est ce que verront en premier vos utilisateurs et ce qui leur donnera envie d’ouvrir votre mail… ou pas ! Deux points à retenir pour maximiser votre taux de conversion via l’objet de mail : 

- Pas plus de 10 mots ! Le moins, le mieux : autrement votre objet sera coupé, ce qui peut rendre le message moins clair et vous décrédibiliser. 

- Le choix des mots : restez simple et évitez l’effet clickbait pour ne pas brouiller le message ou décevoir vos destinataires. Un objet drôle, énigmatique va certes augmenter votre taux d’ouverture mais à la longue, il va accroître vos désabonnements. Déception quand tu nous tiens…

4. Personnaliser pour mieux engager 

Toujours dans l’étude menée par HubSpot, on découvre que 72% des marketers estiment que la meilleure façon de convertir un lecteur est la personnalisation. 

Késako ? Il s’agit d’ajouter le prénom, le nom de votre destinataire pour un effet perso. De cette manière, vos destinataires se sentiront interpellés, directement visés et ouvriront davantage vos mails. 

Enfin, n’hésitez pas à signer votre newsletter d’un prénom : celui du fondateur de votre marque, le vôtre, ou même un fictif. Il est primordial que le lecteur comprenne qu’on s’adresse à LUI et de qui provient le message.

5. Segmenter : la clé du succès

Segmenter pour meilleur taux de conversion emailing

On ne parle pas de la même chose ni de la même façon à un client qui s’est déjà fait livrer 5 colis de chez vous et un prospect qui n’a encore jamais passé commande. De même pour une jeune cliente de 19 ans et un lecteur de 60 ans… 

Avant de lancer ou de retravailler votre newsletter marketing, il est important de segmenter votre audience. Pourquoi ? Pour mieux faire convertir, tout simplement ! 

Avant de passer aux choses sérieuses a.k.a la segmentation, définissez vos buyers personas. À quoi ressemble votre cible ? Quel âge ont vos clients ? À  quelles problématiques répondent vos produits ? 

Une fois que vous aurez dressé le portrait de vos acheteurs type, vous pourrez segmenter votre audience selon les critères de chacun afin d'optimiser vos campagnes CRM. 

Selon l’âge, le sexe, la statut du destinataire (client régulier ou prospect) vous pourrez adapter votre offre, vos thématiques, vos messages... Sans oublier de chouchouter vos clients fidèles. 

Car d’après des marketers confirmés, la segmentation ferait 78% du succès des emails marketing… Alors, on s’y met ?

Go back to blog